Congrès Marx international VI
22 au 25 Septembre 
2010

CRISES, REVOLTES, UTOPIES

SECTION SOCIALISME

Coordinateurs : Tony Andréani et Rémi Herrera

tandrean@club-internet.fr    herrera1@univ-paris1.fr

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment L, salle 421


MOUVEMENT SOCIAL DU 23 SEPTEMBRE 2010 : DECLARATION

Thursday, September 23 will be a day of strikes and demonstrations in France


Liste de tous les intervenants
Liste de tous les intervenants de la section Socialisme

 

Atelier  1. Jeudi 10h-12 h, salle 421. Chine. Questions économiques

Atelier 2. Jeudi 14h-16 h, salle 421. Chine. Questions politiques

Atelier 3. Jeudi 16h-18 h. Chine, salle 421. Discussion générale

Atelier 4. Vendredi 9h-11 h, salle 421.

Atelier 5. Vendredi 11h-13 h, salle 421. Deux modèles de socialisme : discussion

Atelier 6. Vendredi 14h-16 h, salle 421. Corée du Sud, Corée du Nord : quel(s) socialisme(s) ?

Atelier 7. Vendredi 16h-18 h, salle 421. Corée, suite

Atelier 8. Samedi 9h 30 -11 h, salle 421. Amérique Latine, « Les avancées révolutionnaires en Amérique latine et le "Socialisme du XXIe siècle"

Atelier 9. Samedi 11 h -13 h, salle 421. Afrique, monde arabe et Asie


 

le socialisme du XXI° siècle

 

On se doit de relever les paradoxes du discours dominant. Le socialisme reste forclos, alors même que la crise systémique du capitalisme a imposé aux gouvernants des mesures qui appartiennent typiquement au logiciel du socialisme, telles que la nationalisation (ouverte ou masquée) de grandes banques, ou l’adoption de plans massifs de relance. Comme ces mesures doivent être provisoires, on préfère parler « d’interventions » conjoncturelles de l’Etat, l’essentiel consistant en « régulations » du capitalisme - d’ailleurs généralement déléguées à des acteurs privés. En même temps certains aspects socialistes de régimes dits communistes ou populistes sont déniés comme tels : il ne s’agirait que de capitalismes atypiques. Notre section «Socialisme » n’aura peur ni du mot ni de la chose, et cessera d’assimiler le socialisme au défunt « socialisme réel ».

Cela suppose, bien sûr, un effort d’analyse et de théorisation à nouveaux frais, qui ne se limitera pas aux questions d’efficience et de justice sociale, mais qui s’attachera aussi aux questions anthropologiques et morales.

Le socialisme en cours ou à venir prendra ses distances avec l’utopie, quelles que soient ses vertus. Si le socialisme du XXI° siècle doit être plus qu’un slogan, rhabillant le libéralisme social, il ne peut être que composite, ouvrant des espaces de socialisation, à défaut de rompre brutalement avec le capitalisme, et multiple, afin de répondre à des conditions historiques concrètes très diverses. C’est dans cet esprit que les ateliers vont inventorier des composantes, plus ou moins originales, d’un nouveau socialisme, dans des pays sortis ou sortant du modèle de planification impérative et centralisée  (Chine, Vietnam, Cuba) et dans des pays s’émancipant de la domination néo-libérale (Venezuela, Bolivie, Equateur). Mais le nouveau ne s’arrête pas là : en Amérique latine, au Népal, dans certains Etats indiens, et ailleurs, des inflexions et des expériences doivent retenir l’attention. Et, dans les pays occidentaux eux-mêmes, des formes économiques alternatives (notamment de type coopératif ou communautaire) cheminent silencieusement, et deviennent des voies de recours quand le capitalisme détruit emplois et solidarités sociales.

Enfin il convient d’étudier dans quelle mesure les institutions globales du capitalisme (système monétaire international, libre-échangisme, appareils idéologiques du consumérisme) sont bousculées, et comment on pourrait penser un ordre mondial nouveau, susceptible de bloquer la guerre économique et de faire face aux défis environnementaux (à commencer par le changement climatique) et aux risques de conflits armés.


Atelier  1. Jeudi 10h-12 h, salle 421. Chine. Questions économiques

 

MA Jingpeng, majingpeng@hotmail.com, économie, chercheur assistant du Bureau central de compilation et de traduction de Chine (CCTB)

 

La protection de l'environnement et la consommation durable

La consommation durable est une consommation dans l’esprit du développement durable. Elle veille à satisfaire les besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Mais quels sont aujourd’hui les enjeux d’une consommation plus durable, surtout dans le plus grand pays en voie de développement qu’est la Chine ?
L’exploitation et l’utilisation de l’environnement et des ressources naturelles par l’être humain sont liées étroitement à l’activité de consommation. De ce fait, réglementer et guider le comportement des consommateurs a pour but final l’équilibre et la sécurité du système écologique. En tant que le plus grand pays en voie de développement et la deuxième économie mondiale, la Chine ne doit pas copier le mode de développement des pays industrialisés qui ont payé cher (pollution, surconsommation...) pour réaliser une croissance économique très rapide, elle doit agir selon sa situation nationale et former progressivement un système de production à faible consommation d’énergie et un mode de consommation rationnelle.
L’auteur propose que la consommation durable doit se développer à l’aide des politiques de soutien de l’Etat, qui devraient comporter au moins les volets suivants : 1. Politique de subventions. 2. Politique de prix des produits durables. 3. Politique de commerce durable. 4. Politique de fiscalité. 5. Politique sur l’assurance liée à la responsabilité environnementale. 6. Politique sur les techniques de protection de l’environnement. 7. Politiques sur l’élaboration de l’éco-label.

CHEN Xigui, lonelyboshi@163.com, philosophie, chercheur du Bureau central de compilation et de traduction de Chine (CCTB)

 

A Brief Introduction to the New Socialist Countryside Construction of West China

Since the Fifth Session of the 16th CPC raised the new socialist countryside construction of west China in 2005 and CPC Central Committee and The State Council released Some Opinions about Advancing the New Socialist Countryside Construction in 2006, new countryside construction has got a great growth. The new socialist countryside construction of west China is very different from that of the east and middle regions, because of its own unique features about natural conditions, economic development, social structure, culture and nationality. My essay aims at providing a brief but systematic introduction to the respects of obstacles, basic principles and main measures of the countryside construction of this region.

WEI Haisheng, whs@cctb.net  science politique, Vice-Président du Bureau central de compilation et de traduction de Chine (CCTB)

 

La politique de répartition en Chine

Comme chacun le sait, l’un des problèmes les plus saillants de la Chine contemporaine, qui est aussi un défi important pour le gouvernement chinois, est l’élargissement évident du fossé entre les revenus et l’inégalité croissante dans la répartition des revenus. Les grandes lignes de la réforme du système de distribution des revenus en Chine sont : augmenter les bas revenus ; élargir la part des revenus moyens ; ajuster les revenus trop élevés ; lutter contre les revenus illégaux ; protéger les personnes démunies et augmenter les revenus des paysans ; faire jouer à l’impôt son rôle égalisateur, réduire le poids de l’impôt sur les revenus moyens et faibles ; renforcer la fiscalité sur les revenus élevés ; réduire les écarts de revenu entre les régions et certaines composantes de la population.

Atelier 2. Jeudi 14h-16 h, salle 421. Chine. Questions politiques

 

HUANG Kaifeng, 1968hkf_qq@sina.cn,  science politique, Chercheuse de l’Académie des sciences sociales de Shanghai

 

Basic experience and rational thinking of China's Political System Reform

Political reform in China as a typical pattern of gradual reform since reform and opening up, one of the most basic experience is, always focused on the different stages of reform and the objective reality of economic and social development need to be appropriately amended and adjusted. In general, the purpose is to ensure the smooth progress of reform and opening up.
First, the basic value of the position
1, always adhere to the socialist road.
2, stressed China's socialist political system characteristics
3, China's political reform is a "developing", dynamic process
4, the reform is under a leadership of Communist Party of China.
Second, important experience
1, Broad cultivation and dissemination of the sense of democracy is an important prerequisite for political reform.
2 The people-oriented development in an all-around way is the core goal of China's political development
3, To continuously improve the reigning ability of the Communist Party is the basis and prerequisite for deepening China's political system reform.
4, Monitoring within the political system is the basic power model the political system reform.
5, The multi-level and all-round systematization constitutes the basic attributes of the political reform
6,The openness and inclusiveness are important external features of the political system reform
7, To prevent the abuse and alienation of democracy is a tendency doomed to be avoided in the process of political system reform and democratic politics construction.
Third, rational thinking
1, the society that embodies the implementation of democracy should be a society in the real modern sense, and its formation needs a process.
2, the voting system is not the only important aspect of realizing democracy, the democratic decision-making should highlight both "voluntariness" and "consciousness"
3, the deliberative democracy is an important access to achieve the principle of consciousness and rationality.
4, in addition to the proper material condition and institutional framework, democracy also requires the right culture soil.

LIU Cheng, liucheng@yzu.edu.cn,  science politique, Professeur de l’Université de Yangzhou

 

From Lenin to MAO Zedong: the Formation of multiparty Regime in Socialist Country

Multiparty cooperation is the important struggling strategy and political regime for Marxism political parties, Marx and Engels always proposed that the proletarian parties should unite all non-proletarian parties in the revolutionary struggle to achieve the victory. But which kind of political party regimen should be carried out in the socialist countries is restricted by the practice, which has not been pre-assumed by Marx and Engels beforehand. In the practice after the October Revolution, Lenin inherited and developed the multiparty cooperation theory set up by Marx and Engels, initiatively advocated the multiparty cooperation political party regime in the socialist countries, put forward idea of sharing political power with other parties and cooperating with the other parties inside the Soviet and government on the basis of alliance of workers and peasants. Lenin illustrated the two conditions for multiparty cooperation. One is the principle that “the majority should master the political power” on the perspective of the relationship of the political party and the government power, which will make the power center on the Bolshevik to assure the Bolshevik’s leading status in the multiparty cooperation so as to guarantee the proletarian nature of the state power, for the Bolshevik is the biggest political party in the Soviet of all Russia. The other is that the minority party should admit and persist in the target of the transmission toward the socialism, which will ensure the socialist direction of the Soviet political power. This had been attempted in the practice. But due to various reasons, the political party regime of multiparty cooperation had not been formed in Russia. The CPC members with MAO Zedong as their representative, constructed new democratic state system and political system in China in theory according to the practice in Chinese revolution, that is to say, the state system of the coalition dictatorship of all revolutionary classes led by the proletariats and the state system of the People’s Congress. The political regime corresponded with the state system should belong to the theoretical system of political party regime of multiparty cooperation under the CPC’s leadership. In practice, on the basis of consultative democracy development, various methods should be adopted at every stage in Chinese revolution and the CPC should have sufficient cooperation with other parties. At last the institutional arrangement of multiparty cooperation, the CPPCC was established. In the long operation of this institution, good features for multiparty cooperation such as the nature of publicity of the consultative subject, the diversity nature of the consultative form, the extensiveness of the consultative content, the effectiveness of consultative democracy and the sufficiency nature of the consultative process have been made standout, which makes multiparty cooperation operate healthily in China to add new contents into Marxism democratic theory treasure-house.

ZHAO Chao, charlotte_zc@hotmail.com, politique, chercheuse assistante du Bureau central de compilation et de traduction de Chine (CCTB)

 

Responsabilité du gouvernement en Chine

Depuis la mise en place de la politique de réforme et d’ouverture, la Chine engageait d’une manière constante la réforme de la gouvernance, dans le but de compléter et rajuster le contenu de la responsabilité gouvernementale, renforcer la conscience et la capacité de l’assumer, et perfectionner le système de contrôle. L’amélioration institutionnelle et la démarche pratique font tous preuve d’un progrès évident sur ce plan. Notamment, la lutte contre SRAS en 2003 est censée ouvrir la nouvelle époque pour développer intégralement le système de la responsabilité du gouvernement. D’une part, une série de lois et de réglements ont été élaborés pour préciser les responsabilités qui doivent être assumées par le gouvernement et ses membres. D’autre part, de plus en plus de hauts foncionnaires sont tenus responsables de leur mauvais comportement, par exemple, leur inefficacité en portant secours aux sinistrés en face de catastrophes.
Dans cet article, nous envisagerons d’abord les nuances de compréhension sur le concept de la responsabilité du gouvernement, en introduisant la théorie occidentale sur ce sujet. Ensuite, nous traiterons des caractéristiques de la responsabilité du gouvernement en Chine à partir des trois catégories de la responsabilité. Enfin, nous essayerons de révéler les problèmes principaux que l’amélioration du gouvernement responsable a connu et les défis que le gouvernement doit relever à l’avenir.
En bref, ce que nous avons envie de découvrir via notre recherche, ce sont les réponses aux quesions suivantes : Quelle est l’évolution de la responsabilité du gouvernement en Chine ? Dans quelle mesure le mécanisme pourrait agir sur le gouvernement ?

Atelier 3. Jeudi 16h-18 h, salle 421. Chine. Discussion générale

 

Atelier 4. Vendredi 9h-11 h, salle 421.

GONZALEZ CASANOVA Pablo, Mexique, professeur à l’UNAM

 

Sur le socialisme aujourd’hui

 

HOUTARD François, Belgique, président du CETRI

 

Sur la gauche et le projet socialiste aujourd’hui

 

CAMPBELL AL , Etats-Unis, professeur à l’Université. De l’Utah

 

Sur la question de la participation démocratique dans la révolution

 

HERRERA Rémy, France, chercheur au CNRS

 

Sur les problèmes rencontrés par les avancées révolutionnaires aujourd’hui

 

Atelier 5. Vendredi 11h-13 h, salle 421. Deux modèles de socialisme : discussion

 ANDREANI Tony

 

 BORRITZ  Benoît

Atelier 6. Vendredi 14h-16 h, salle 421. Corée du Sud, Corée du Nord : quel(s) socialisme(s) ?

CHO Stephen, directeur de l'Institut de Recherches coréennes

 

Historical Experience of the construction of socialism and the characteristics of the Korean revolution

 

 FRANCKOWIAK  Rémi, Maître de Conférences  en histoire à l'Université de Lille 1

 

Discussion sur la réalité du socialisme en Corée du Nord et les perspectives de

socialisme en Corée du Sud

Atelier 7. Vendredi 16h-18 h, salle 421. Corée, suite

HAE-RO HWANG, XXX, chercheure à l'Inst. de Rech. Coréennes,

 

Progressive Self-sufficient Economy and socialist prospect in South Korea

 

JAN MIN KIM, chercheur à l'Institut de Recherches du Parti démocratique des Travailleurs de Corée du Sud

 

Le Mouvement progressiste et le socialisme en Corée du Sud.

Atelier 8. Samedi 9h 30 -11 h, salle 421. Amérique Latine, « Les avancées révolutionnaires en Amérique latine et le "Socialisme du XXIe siècle"

 BLANCO Hugo, Ancien député et militant révolutionnaire péruvien, actuel directeur du mensuel Lucha Indígena (www.luchaindigena.com)

 

Mouvements indigènes et avancées révolutionnaires en Amérique latine

 

GAUDICHAUD Frank, franck.gaudichaud@u-grenoble3.fr Politiste, Maître de conférences en Civilisation hispano-américaine, Université Grenoble 3

 

Politiques de l’opprimé en Amérique latine. De quoi les gauches latino-américaines sont-elles le nom ?

Depuis quelques années, chercheurs et observateurs décryptent un « tournant à gauche » de l’Amérique latine et l’émergence de nouvelles radicalités collectives à l’œuvre, que cela soit au sein des mouvements sociaux ou à des échelles gouvernementales. Au-delà des controverses sur l’existence de « deux » gauches ou d’une « nouvelle » gauche, et sur le retour supposé du « populisme », les gauches sociales et politiques latino-américaines affichent des identités et praxis multiples, en partie renouvelées mais aussi profondément contradictoires. Quel rapport du politique aux luttes de classes et quels héritages avec les mouvements révolutionnaires passés ? Quelle relation entre les discours sur le « socialisme du XXI° siècle », sur le « postnéolibéralisme » et les pratiques partisanes ou institutionnelles ? Comment reprendre le chemin de la discussion stratégique des alternatives au capitalisme sur la base de l’expérience des résistances latino-américaines? Quel modèle de développement promouvoir et quel rapport de la gauche à l’Etat, à la démocratie, à l’indianisme ou à l’écologie politique ? Il s’agira en définitif de réfléchir aux processus que tentent de forger les classes populaires mobilisées en Amérique latine comme aux difficultés et avancées d’une « politique de l’opprimé » (suivant ainsi la pensée de Daniel Bensaïd) dans la région.

HERRERA Remy, France, chercheur au CNRS

 

Sur le Venezuela et la révolution bolivarienne

 

MONAL  Isabel, Cuba, Institut de Philosophie de La Havane

Sur un panorama des expériences révolutionnaires de l’Amérique latine

Atelier 9. Samedi 11 h -13 h, salle 421. Afrique, monde arabe et Asie

ZOUBDI Ahmed, docteur de l'Univ de Paris-8, sur le Maroc

 

Sur le socialisme au Maroc

 

 MURTHY PK,  du syndicat indien CITU

 

Sur le socialisme au Népal et en Inde (l’exemple du Kerala)

 

NOFRIAN  Fachru, doctorant de l'Univ de Paris-1

 

Sur l'expérience de développement en Indonésie

 

KATIBOU Abdou, Comores, doctorant de l’Univ. De Paris 1

Sur l’expérience de développement aux Comores