La crise du travail

Sous la direction de Jacques Bidet et de Jacques Texier

28-29 janvier 1994
collection Actuel Marx Confrontation, PUF, 264 pages, 198 francs
Février 1995

T. Andréani : L'exploitation post-fordiste
J. Bidet : Le travail fait époque
J.-Y. Boulin : Crise de l'emploi et réduction du temps de travail
Y. Clot : Il y a-t-il une originalité subjective dans la crise du travail ?
B. Coriat : Travail prescrit, incité, négocié
R. di Ruzza, P. Duharcourt : Une crise systémique
M. Freyssenet : Historicité et centralité du travail
H. Hirata :  Rapports sociaux de sexe et division sociale du travail
G. Labica : Du travail
M. Leborgne : Travail et territoire.
D. Linhart : Evolution des stratégies managériales
J. Lojkine : De la révolution industrielle à la révolution informationnelle
S. Rossignol : Une conceptualité aritotélicienne
Y. Schwarz : Travail salarié, travail, activité
B. Sigg : Le sujet du travail
J. Texier : Chômage, réduction du temps de travail, augmentation de la demande solvable
A. Tosel : Centralité du non-travail
M. Vakaloulis : Travail flexible et accumulation
J.-M. Vincent : Flexibilité du travail et plasticité humaine
Ph. Zarifian : La question du "partage du travail" à partir de la productivité

Les mutations technologiques débouchent sur un chômage de masse. Sous le capital, le travail devient ainsi une denrée rare. Entrent en crise toutes les formes de socialité liées à l'institution du travail : entreprise, syndicat, école, Etat-Nation. Emerge non seulement une nouvelle inégalité, mais une nouvelle forme de société.

On analyse ici les questions fondamentales impliquées dans ce débat : catégories générales d'analyse, nouveaux rapports sociaux, éléments moteurs de la mutation, hypothèses théoriques générales, modes d'intervention dans ce processus historique. Et les solutions alternatives sont aujourd'hui proposées.

Retour à la page d'accueil