COLLOQUE

Université de Paris X Nanterre, Centre National de la Recherche Scientifique, Revue Actuel Marx

De la fonction critique de l'art et des interventions sociales des

artistes aujourd'hui

sous la direction de Jacques Bidet et Jean-Marc Lachaud

 2 et 3 mai 2000

Université de Paris X Nanterre

Bâtiment L, Espace Reverdy

 


  Depuis quelques années, nous pouvons observer un évident retour de l'engagement politique. Mais,aux formes traditionnelles (celles qui furent visibles — opérantes ? — tout au long du XXe siècle),succèdent de nouvelles postures et actions. Ces modalités d'intervention inédites, semblent s'adapter(c'est-à-dire affirmer la nécessité, dans l'innovation, de répondre aux défis de l'époque) aux réalitéscomplexes d'un temps au sein duquel les prises de parti de naguère (voire les utopies qui les fondaient?) ne sont plus agissantes.

Qu'en est-il du côté des arts et de la littérature ? Quelques remarques dispersées peuvent enclencher la réflexion. Incontestablement, le monde du cinéma s'est mobilisé à plusieurs niveaux. Les initiatives des cinéastes (pour la défense de l'exception culturelle française, en soutien au mouvement des sans-papiers...) réactivent (renouvellent ?) la figure de l'artiste-citoyen s'appropriant les affaires du monde.

Simultanément, sur les écrans, sont projetés des films qui manifestent d'évidents parti pris (historique, politique, social, éthique ou ...humanitaire...) ou mettent en scène des personnages et des milieuxtypiques ou des situations rarement à l'affiche au sein des produits formatés de l'industrie cinématographique (le fait que des propositions allant dans ce sens soient récompensées par les professionnels, comme lors du dernier Festival de Cannes est bien entendu à décrypter). Nous pouvons également évoquer la dimension socio-politique qui caractérise significativement l'univers du roman policier. Le succès des aventures du Poulpe (héros récurrent combattant avec acharnement les forces et les valeurs d'extrême-droite), par exemple, est révélateur. D'autres engagements (faisant écho à des préoccupations exposées et prises en charge individuellement ou collectivement) et d'autres preuves — en œuvre(s) — sont à analyser (dans les domaines des arts plastiques, de la musique, de la danse, du théâtre, du théâtre de rue, du rap...). Maintes expressions (paroles, attitudes, gestes...) et intentionnalités créatrices (abouties ou non), parfois contradictoires ou même ambiguës, justifient (mais jusqu'à quel point — de l'effet documentaire à la provocation, de la dénonciation à un volontarisme résistant... — ?) notre questionnement. Les discours de la critique (ou les reflets médiatiques de ces mouvements), qui tentent non seulement de comprendre mais d'encadrer ces phénomènes, doivent être aussi pris en considération.

Notre projet est donc d'établir, fragmentairement — et après avoir brièvement interrogé à nouveau certaines définitions théoriques et pratiques de l'engagement léguées par ce siècle tourmenté —, un état des lieux concernant cette problématique ; ce qui suppose de décliner une pluralité d'hypothèses concernant notamment la situation de l'artiste et de l'art au sein de la société actuelle, les pensées et manières de faire de l'art qui accompagnent la diversité des implications explorées, les attentes formulées — y compris par les pouvoirs publics — à l'encontre des artistes et de leurs productions... Bref, en quel sens(au regard de quel contexte, de quels objectifs, voire de quelle efficacité... ?), pouvons-nous appréhender aujourd'hui, sinon un art engagé, du moins de nouvelles figures de l'engagement dans les arts et la littérature ? Qu'en est-il de la fonction critique de l'art et des interventions sociales des artistes ? Ces deux journées prolongeront les réflexions amorcées lors du Congrès Marx International II et publiées récemment sous le titre Art, culture et politique par les Presses Universitaires de France.

Jean-Marc Lachaud

 

 

Programme

 

Mardi 2 mai

 

9 h. Ouverture du colloque

par Jacques Bidet (philosophe, Université de Paris 10) et Jean-Marc Lachaud (philosophe, université de Bordeaux 3)

 

9 h 15 Jean-Pierre Sarrazac (théoricien du théâtre, auteur dramatique, Université de Paris 3)

L'idée d'un théatre critique

 

10 h Philippe Ivernel (germaniste, théoricien du théâtre, Université de Paris 8)

Aux sources de la danse moderne : Mary Wigman et Valeska Gert : quel

engagement ?

 

10 h 45 pause

 

11 h Olivier Lussac (esthéticien, Université de Paris 10)

Fluxus et la politique : "des buts sociaux, non esthétiques"

 

11 h 45 Claudine Roméo (philosophe, Université de Paris 1)

La question de la langue et des parlers régionaux chez Gramsci et Pasolini

 

14 h 15 Christian Ruby (philosophe, enseignant)

L'artiste et la conscience de son époque

 

15 h Françoise Gaillard (philosophe, Université de Paris 7)

Un art qui fait symptôme ou qui fait critique ?

 

15 h 45 pause

 

16 h "L'art peut-il être encore révolutionnaire ?"

table ronde organisée par la revue Commune, animée par René Ballet (Rédacteur en chef de Commune, romancier) avec :

Roger Somville (peintre, théoricien de l'art)

Marie Noël Rio (metteur en scène)

Sergio Ortega (musicien, compositeur)

Jacques Krier (réalisateur de télévision, cinéaste).

 

18 h La gauche et la culture : quel projet ?

Table ronde animée par Jean Marc Lachaud avec :

Jean Luc Gonneau (Mouvement des citoyens )

Frédéric Hartmann (les verts)

Jacques Renard (Parti socialiste)

Nicolas Benies (Ligue Communiste Révolutionnaire)

Henriette Zougheibi ( Pcf).

 

Mercredi 3 mai

 

9 h 15 Rémy Herrera (économiste, CNRS Paris) et Maurice Villermet (dit Mômô Basta, peintre)

Des relations entre art, économie et politique

 

10 h Thierry Briault (philosophe, peintre, Université de Paris 8 / Ecole des Beaux-Arts de Paris)

S'engager dans la plastique pure

 

10 h 45 pause

 

11 h Nicolas Roméas (critique, rédacteur en chef de Cassandre)

Sortir l'art du ghetto

 

11 h 45 Jean-Henri Roger (membre de la Société des Réalisateurs de Films)

Réflexions autour de certains engagements actuels

 

 

14 h 15 Martine Maleval (sociologue, enseignante)

Artchaos/art chaos : un cirque engagé ?

 

15 h Jacques Bertin (rédacteur en chef adjoint de Politis, chanteur)

Les artistes mentent ils ?

 

15 h 45 pause

 

16 h Les arts plastiques face à la société

table ronde organisée par la revue Regards, animée par Lise Guéhenneux (critique d'art) avec :

Adel Abdessemed (plasticien)

Cécile Hartmann (plasticienne)

Bernard Rüdiger (plasticien)

 

18 h "L'artiste et l'écrivain face à leur époque"

table ronde animée par Jean Marc Lachaud avec :

Grégoire Ingold (metteur en scène / Cie Balagan Système, en résidence au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis)

Mohamed Rouabhi(auteur dramatique, metteur en scène)

Philippe Tancelin (poète, philosophe, directeur du Centre International de Créations Poétiques, Université de Paris 8)