N° 12 : L'écologie, ce matérialisme historique

Deuxième semestre 1992

A. Gorz : L'écologie politique entre expertise et autolimitation
J. OíConnor : La seconde contradiction du capitalisme
D. Duclos : La nature, principale contradiction culturelle du capitaliste,
T. Benton : Marx et les limites naturelles,
J. Bidet : Y-a-t-il une écologie marxiste ?
J. Texier : Révolution et démocratie dans la pensée de Marx et Engels
H. Reichelt : La notion marxienne de point culminant,
A. Burgio : Individu, marché et démocratie chez C.B. McPherson

 

PRESENTATION

S'il est vrai que le "matérialisme historique" appréhende les sociétés dans leur rapport à la nature, conçu comme procès d'échange "métabolique" avec celle-ci, il est paradoxal que le mouvement écologique se soit développé en marge ou à l'encontre du marxisme. Il importe d'analyser de près tous les rendez-vous politiques et théoriques manqués. Mais il n'est peut-être pas aussi facile qu'on le croit de charger le marxisme de la tare de "productivisme". Il semble en tous cas qu'il puisse aussi fournir les concepts propres à décrypter la dynamique destructrice de celui-ci, que ce soit dans le capitalisme ou dans les sociétés du "socialisme réel". Loin de faire figure de doctrine du XIX° siècle, le marxisme apparaît sur le terrain de l'écologie politique comme un instrument d'analyse essentiel. L'articulation du vert et du rouge ne saurait passer pour confuse.