Sartre, Lukàcs, Althusser, des marxistes en philosophie

Sous la direction d'Eustache Kouvélakis et de Vincent Charbonnier

Collection Actuel Marx confrontation, Puf. 
Novembre 2005

[Table des matières]  [Auteurs]

Sartre, Lukács, et Althusser représentent des moments majeurs du travail que quelque chose qui s’est nommé « le » marxisme a mené en philosophie au cours du siècle, à condition de préciser immédiatement qu’ils en incarnent autant de versions résolument hérétiques, qu’ils représentent autant de tentatives de réaction à la transformation du marxisme en grand récit métaphysique au service des appareils politiques issus de la révolution fondatrice du « court vingtième siècle » mais aussi de son involution, qui conduisit finalement à l’implosion et à la défaite. Réaction qui se voulait inséparablement travail de rectification et de refondation de la théorie révolutionnaire, elle-même conçue comme moment de la lutte anticapitaliste et contribution éminemment concrète aux luttes des dominés.

Malgré les irréductibles divergences qui les séparent, ce sont les mêmes « fondamentaux » du marxisme orthodoxe qui ont reçu les coups de boutoirs théoriques : une vision de l’histoire comme récit téléologique de la transformation de la nécessité en liberté, une vision de la socialisation des forces productives garantissant à la fois le dépassement du capitalisme et le développement de la subjectivité révolutionnaire, une réalisation de cette rationalité du développement historique universel (y compris théorique) dans les organisations empiriques du mouvement ouvrier (et les États qu’elles ont dirigés).

Les essais regroupés dans ce volume contribuent, pour leur part, à ce travail.

Certains  de ces textes ont été présentés au Congrès Marx International III (septembre/octobre 2001) dans la section philosophie


Table des matières

Vincent Charbonnier & Eustache Kouvélakis, Présentation   

Sartre

Fredric Jameson, Entre structure et événement : le groupe 

Michel Kaïl & Richard Sobel, La méthode en questions : Sartre en marxisme 
Eustache Kouvélakis, Sérialité, actualité, événement : notes sur la Critique de la raison dialectique
Nicolas Tertulian, L’intelligibilité de l’histoire 

Lukács

Vincent Charbonnier, Des réifications de la raison 81
Alexandros Chryssis, Lukács face à Sartre : la question de la liberté 
Slavoj Zizek, György, Lukács, philosophe du léninisme      

Althusser

Pierre Macherey, Verum est factum : les enjeux d’une philosophie de la praxis et le débat Althusser-Gramsci 
Warren Montag, « La dialectique à la cantonade » : Althusser devant l’art 
André Tosel, Les aléas du matérialisme aléatoire dans la dernière philosophie de Louis Althusser


Auteurs

Vincent Charbonnier est ingénieur d’études à l’inrp et doctorant en philosophie à l’université Paris VIII-Saint Denis sur le thème « Raison et connaissance chez Lukács et Vygotski ». Il a notamment publié « Le problème de la totalité chez Lukács » dans Marx 2000 (puf, 2000), « Lukács, un athéisme problématique » dans Les athéismes philosophiques (Kimé, 2001), « “À l’assaut du ciel” ? Réflexions sur la totalité » dans Libre prétexte : hommage à Jean-Paul Molinari (université de Nantes-lestamp, 2002), « Une esthétique du “désart” ? » Actuel Marx, n° 33 (2003), « Ire rationnelle ? À propos de La destruction de la raison de Lukács », Actes de la société chauvinoise de philosophie, n° 2 (2004).

Alexandros Chryssis est professeur-assistant de philosophie à l’université Panteion d’Athènes. Il est membre de la rédaction de la revue Outopia, et auteur de Philosophie et émancipation : la question des intellectuels de Marx à la révolution d’Octobre. (Éd. Ideokinissi, 1996) et de Le Marx de la révolte dans le Jardin d’Épicure (Éd. Govostis, 2003), tous deux en grec. Il a également contribué au volume collectif dirigé par Mark Cowling, The Communist Manifesto : New Interpretations (Edinburgh University Press, 1998).

Michel Kail est professeur de philosophie au lycée Sophie-Germain (Paris), membre du comité de rédaction de la revue Les temps modernes et co-directeur de la revue L’homme et la Société. Il est l’auteur de divers ouvrages et articles sur Sartre et Beauvoir : co-éditeur de « Témoins de Sartre » (Les temps modernes, n° 531-533, 1990), éditeur de « Jean-Paul Sartre » (Revue philosophique, n° 3, 1996), Simone de Beauvoir philosophe (puf, 2005).

Fredric Jameson est professeur émérite de littérature comparée à l’université de Duke (usa), où il dirige le Centre de théorie critique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Marxism and Form : Twentieth-Century Dialectical Theories of Literature (Princeton University Press, 1971), The Cultural Logic of Late Capitalism (Verso, 1991), Late Marxism : Adorno, or, the Persistence of the Dialectic (Verso, 2000), A Singular Modernity : Essay on the Ontology of the Present (Verso, 2002).

Eustache Kouvélakis est maître de conférences en philosophie politique au King’s College de Londres. Il est notamment l’auteur de Philosophie et révolution de Kant à Marx (puf, 2003), « Critique de la citoyenneté. 1. Lefort et Balibar critiques de Marx ; 2. Marx et la question juive », Contretemps, nos 9 & 10 (2004) ; il a en outre dirigé le volume collectif Marx 2000 (puf, 2000) et co-dirigé avec J. Bidet le Dictionnaire Marx contemporain (puf, 2001).

Pierre Macherey est professeur émérite de philosophie à l’université de Lille-III, membre de l’umr « Savoirs et textes » du cnrs, dans le cadre de laquelle il anime depuis 2000 le groupe d’études « La philosophie au sens large », dont l’ensemble des travaux est consultable sur le site http ://www.univ-lille3.fr/set. Coauteur de Lire le Capital (Maspéro, 1965 ; puf, 1996), il a notamment publié : Pour une théorie de la production littéraire (Maspéro, 1966) ; Hegel ou Spinoza (La Découverte, 1979 ; 1999) ; À quoi pense la littérature ? (puf, 1990) ; Avec Spinoza (puf, 1992) ; Histoires de dinosaure : faire de la philosophie, 1965-1997 (puf, 1999).

Warren Montag est professeur de littérature comparée à l’Occidental College de Los Angeles. Il est l’auteur de trois livres : The Unthinkable Swift (Verso, 1994), Bodies, Masses, Power : Spinoza and his Contemporaries (Verso, 1999) and Louis Althusser (Palgram Macmillan, 2003). Il est aussi éditeur de la collection The New Spinoza.

Richard Sobel est maître de conférences en économie à l’université de Lille-I, chercheur au clersé (ema n° 8019-cnrs) et membre du comité de rédaction de L’homme et la société. Ses recherches concernent l’économie du travail et la philosophie économique. Il a récemment publié « Travail et reconnaissance chez Hegel » (Revue du mauss, n° 23, 2004) et a coordonné (avec C. Didry, P. Dieuaide, L. Roulleau-Berger et M. Selim) le dossier « Travail globalisé, travail singulier » de L’homme et la société (n° 151-152, 2004).

Nicolas Tertulian est directeur d’études honoraire à l’ehess et membre du comité de rédaction de la Revue d’esthétique. Auteur de nombreux travaux sur l’œuvre de György Lukács, parmi lesquels Georg Lukács : étapes de sa pensée esthétique (Le Sycomore, 1980), Lukács : la rinascita dell’ontologia (Riuniti, 1990) et « Avatars de la philosophie marxiste : à propos d’un texte inédit de G. Lukács », dans G. Lukács, Dialectique et spontanéité (Éd. de la passion, 2001). Il a en outre publié de nombreux articles sur Adorno, Croce, Heidegger, Sartre, Carl Schmitt.

André Tosel est professeur émérite de philosophie à l’université de Nice-Sophia Antipolis. Il a notamment publié Praxis : vers une refondation en philosophie marxiste (Messidor, 1984), L’esprit de scission (alub, 1991) Démocratie et libéralismes (Kimé, 1995), Études sur Marx (et Engels) (Kimé, 1996), La représentation et ses crises (Presses universitaires franc-comtoises, 2001), il a collaboré au Dictionnaire Marx contemporain (puf, 2001) et au volume Aspects politiques de la mondialisation (puf, 2003). Il a dirigé le n° 5 de la revue Noesis, « Formes et crises de la rationalité au xxe siècle » (Vrin, 2003). Il est en outre l’auteur de nombreux articles sur Spinoza, Vico, Diderot, Kant, Marx, Croce, Gentile, Gramsci, Althusser.

     Michel Verret, philosophe et sociologue, est l’auteur de Théorie et politique (Éd. sociales, 1967), Dialogues pédagogiques (Éd. sociales, 1972) d’une trilogie – L’ouvrier français : 1. L’espace ouvrier ; 2. Le travail ouvrier ; 3. La culture ouvrière – récemment rééditée (L’Harmattan, 1995-1999) avec des préfaces de réactualisation. Il a également publié Chevilles ouvrières (Éd. de l’Atelier, 1996), Dialogues avec la vie (L’Harmattan, 1996), Sur une Europe intérieure… (L’Harmattan, 2002) et, sur un autre registre, Le vieux, le veuf… (L’Harmattan, 2003)

     Slavoj Zizek est directeur de recherche à l’Institut des études sociales de Ljubljana (Slovénie). Auteur d’une vingtaine d’ouvrages traduits dans plusieurs langues. Parmi ses récentes publications en français, signalons : Essai sur Schelling : le reste qui n’éclôt jamais (L’Harmattan, 1997), Subversions du sujet : psychanalyse, philosophie, politique (Presses universitaires de Rennes, 1999), Le spectre rôde toujours : actualité du Manifeste du Parti Communiste (Nautilus, 2002), La subjectivité à venir : essais critique sur la voix obscène (Climats, 2004), Vous avez dit totalitarisme ? Cinq interventions sur les (més)usages d’une notion (Amsterdam, 2004).


 

 

Retour Page d'Accueil